L’événement de cybersécurité de la Semaine numériQC, le SéQCure, rassemble des professionnels en sécurité de l’information en proposant des conférences, des ateliers et des activités de réseautage. Le comité organisateur de cet événement s’est penché sur l’application Alerte COVID et vous propose, en quelques mots, un article informatif sur cet outil.

Alerte COVID – Application de toutes les passions

Depuis le début de la pandémie, plusieurs gouvernements se sont mis à l’œuvre pour développer des applications dans le but de permettre le traçage des gens infectés afin d’endiguer la propagation de la COVID-19. Au Canada, les citoyens ont une présomption de protection de leur vie privée qui est protégée par plusieurs lois, dont la Charte des droits et libertés.

Le gouvernement du Québec a décidé d’emboîter le pas et d’utiliser l’application qui a été développée pour le compte du gouvernement fédéral. Cette application est conçue pour protéger adéquatement les informations qu’elle collecte.

Quelles sont les données recueillies à partir de l’application?

Lorsque vous téléchargez l’application, aucune information personnelle telles que le nom, la date de naissance ou l’adresse, n’est demandée. L’application est seulement intéressée par les gens à proximité. Elle utilise la technologie Bluetooth pour se connecter avec les personnes à proximité qui ont téléchargé et activé l’application Alerte COVID.

Sans l’application, si vous êtes testé positif à la COVID-19, il faudra vous souvenir de toutes les personnes avec qui vous avez été en contact pendant les 14 derniers jours. Puisque la mémoire humaine n’est pas infaillible, il est possible que certaines personnes oublient des gens avec qui ils ont été en contact lorsqu’il sera temps de faire le traçage. L’application sera donc là pour combler les trous de mémoire et s’assurer que toutes les personnes à risques soient contactées.

Est-ce que le gouvernement connaîtra toutes mes allées et venues?

Non.

Premièrement, votre position géographique n’est pas stockée. Le gouvernement ne s’intéresse pas à votre trajet ni à vos déplacements, mais bien aux gens qui ont été à proximité de vous pendant plus de 15 minutes. Toujours selon les recommandations de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), ce ne sont pas toutes les personnes que vous avez croisé pendant 14 jours qui se trouvent à risque, mais bien celles qui ont été à moins de deux mètres de vous pendant plus de 15 minutes. L’information que le gouvernement recevra à partir de l’application est que vous avez été à proximité de X, Y et Z le 14 janvier à moins de deux mètres pendant plus de 15 minutes. Ils ne sauront pas si X, Y et Z sont des amis, de la famille ou simplement des inconnus que vous avez croisé lorsque vous avez visité la pharmacie ou l’épicerie.

Deuxièmement, les données sont stockées pendant 14 jours seulement. Cela signifie que toutes les données datant de plus de 14 jours seront supprimées. L’application prend en considération que le temps d’incubation du virus est de 14 jours maximum, selon l’INSPQ. Bref, le gouvernement ne conservera pas en mémoire que vous avez visité la SAQ un vendredi soir il y a 3 mois.

Est-ce que les pirates informatiques pourront voler mes informations?

Oui, mais avec nuances. Bien que la population tente de protéger au maximum ses informations numériques, il ne faut jamais sous-estimer les intentions malicieuses. Les partis mal intentionnés ont la qualité d’être créatifs, peu importe la situation. Nous ne pourrons jamais être protégé à 100% contre le vol d’information. Par contre, le gouvernement a pris en considération les risques et s’est doté de mesures afin de minimiser les risques de vols de données. Les données entrées dans l’application sont chiffrées pour la personne qui les recueillera.

Qu’est-ce qu’une donnée chiffrée? Une donnée chiffrée est une donnée qui a subi un traitement afin d’être illisible pour quiconque qui ne détient pas la clé. La clé pour déchiffrer les données sera tenue par le gouvernement. Une tierce personne ne pourra donc pas déchiffrer les données si elle ne détient pas la clé.

Qu’arrivera t-il si je suis testé positif à la COVID-19?

Si vous êtes testé positif à la COVID-19, le gouvernement vous fournira un code unique que vous devrez entrer dans l’application. Une fois cette étape complétée, l’application enverra des notifications à toutes les personnes considérées à risque car elles ont été en contact avec vous. Ce code unique fourni par le gouvernement permettra d’éliminer les fausses alertes.

Que se passera-t-il si j’ai été en contact avec un cas de COVID-19?

Vous recevrez une notification qui vous recommandera d’aller passer un test de dépistage de la COVID-19. Vous pouvez rester en isolement pendant 14 jours afin d’être le plus prudent possible et éviter le risque de contagion.

 

L’objectif de cet article est de vous donner une perspective neutre, afin d’éclairer votre décision de télécharger l’application ou non.

 

Article rédigé par Marie-Ève Fortin et Nicolas-Loïc Fortin du comité du SéQCure.

 

Références 
1. Cloutier, Sylvain. (2020). Code Review – L’application Alerte Covid. Blogue Ezo. Repéré à http://blog.ezoqc.com/code-review-lapplication-alerte-covid/. Consulté le 2 novembre 2020.
2. Gouvernement du Canada. (2020). Maladie à Coronavirus (COVID-19) : Préventions et risques. Récupéré à https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/prevention-risques.html. Consulté le 2 novembre 2020.
3. Institut national de santé publique du Québec. (2020). Efficacité des méthodes barrière pour protéger contre la COVID-19 dans les environnements de travail et personnels : revue systématique de la littérature scientifique avec méta-analyses. Repéré à https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/3053-methodes-barrieres-environnements-travail-rapport-comite-interpretation-covid19.pdf. Consulté le 2 novembre 2020.