La pandémie force l’accélération des projets numériques

/ Par Martine Rioux, responsable de la programmation pour Initiatives numériques gouvernementales

La dernière année a certainement permis de faire la démonstration que les organisations publiques peuvent s’adapter, et même changer rapidement, lorsqu’elles y sont contraintes. Effectivement, même si la transformation numérique était déjà en marche, la pandémie de la COVID-19 a permis une accélération phénoménale des projets numériques. Celle-ci se traduit par des retombées positives pour les citoyen·nes.

Consultations médicales à distance, enseignement en mode virtuel, comparutions judiciaires par vidéoconférence… des possibilités qui étaient bien réelles avant 2020, mais qui ont pris forme à vitesse grand V en cours d’année. « La pandémie a accéléré – dans certains cas, de plusieurs années, les avancées numériques des gouvernements », confirme d’ailleurs la firme Deloitte, dans un article intitulé Creating the government of the future, publié sur son site web le 25 novembre 2020. 

 Il y a longtemps que les citoyens s’attendent à obtenir davantage de services numériques de la part des instances publiques, et surtout plus de services simples à utiliser et faciles d’accès. Depuis un an, ils ont été servis en matière de nouveautés. Les organisations publiques canadiennes et québécoises ont fait preuve d’initiative pour faire face aux contraintes imposées par la crise sanitaire et proposer des services adaptés.

Projet à échelle humaine

Souvent, dans les médias, ce sont les projets publics de plus grande envergure qui sont présentés. On n’a qu’à penser au projet d’identité numérique ou au Dossier santé numérique. Pourtant, une foule d’autres projets de plus petite envergure et ayant un effet immédiat dans le quotidien des citoyen·nes se réalisent quotidiennement.  

L’événement Initiatives numériques gouvernementales, présenté dans le cadre de la Semaine numériQC, le 16 avril prochain, sera notamment l’occasion de faire connaître quelques projets qui ont rapidement été déployés afin de répondre aux besoins des citoyen·nes dans le contexte actuel.

Par exemple, la Société d’habitation du Québec a été amené à mettre en place, dans un très court délai, deux mesures d’aide pour des citoyen·nes directement touché·es par la pandémie; un soutien financier pour les ménages en attente de leur résidence et un programme d’aide financière aux locataires pour le paiement de leur loyer. Dans une conférence, qui sera présentée pendant la journée du 16 avril, les deux architectes responsables de ces initiatives présenteront comment leurs équipes ont concrétisé en urgence et surtout avec succès les deux solutions.

Du côté de la Société du Plan Nord, l’implantation de la signature électronique pour ses ententes et contrats, conjuguée à l’attribution d’une signature numérique pour l’ensemble de ses employé·es, a été l’une des initiatives concrètes du printemps 2020. Celle-ci a permis la poursuite des activités de la société d’État de façon sécuritaire, alors que les déplacements étaient limités et que le télétravail était imposé. Brigitte Boulianne, la directrice générale de l’administration et du soutien à la gouvernance, et Karine Candré, la responsable de la transformation numérique viendront en témoigner.

Pour des changements pérennes

En 2020, en matière de transformation numérique, la pression exercée sur les organisations publiques, reconnues pour leur désir de stabilité et leur conservatisme, a été plus intense que jamais auparavant. « … Dans le contexte de la COVID, on se rend compte que quelle que soit la situation, la transformation digitale est effectivement le seul levier d’action viable à court terme », écrit d’ailleurs sur son blogue Frédéric Cavazza, directeur général de SYSK (Something You Should Know), un cabinet conseil et formation qui accompagne les moyennes et grandes entreprises dans l’accélération de leur transformation numérique.

Bien sûr, la pandémie n’est pas la seule « force » qui pousse les organisations publiques à s’imprégner de l’univers numérique. Alors que le secteur privé avançait déjà rapidement dans la transformation numérique, le secteur public devait inévitablement le rattraper, comme le souligne aussi Deloitte dans l’article mentionné ci-haut. 

L’année 2020 a été consacrée à la mise en place de plusieurs initiatives répondant directement à la crise. En 2021, il est temps de sortir de l’urgence pour poursuivre le changement organisationnel vers la concrétisation de la véritable transformation numérique gouvernementale. Il n’y aura pas de retour en arrière. 

L’événement Initiatives numériques gouvernementales vise à présenter des projets numériques réalisés par des équipes gouvernementales (municipales, provinciales ou fédérales) et qui ont un impact direct et positif dans la vie des citoyen·nes. Au cours de la journée, six projets concrets seront présentés. Les participant·es auront aussi l’opportunité de participer à une classe de maître sur la transformation numérique gouvernementale. La programmation complète sera dévoilée dans les prochaines semaines.