Intelligence artificielle. Rendez-vous IA Québec
Conférencier

Paul-Matthieu Grondin

Bâtonnier du Québec
Barreau du Québec

Me Paul-Matthieu Grondin pratique le droit du travail et de l’emploi, le droit administratif, le droit constitutionnel et le litige civil. Il est associé au cabinet Grondin Savarese, à Montréal, qu’il a cofondé en 2009. Admis au Barreau du Québec en 2008, Me Grondin a obtenu un baccalauréat en droit de l’Université de Sherbrooke et un juris doctor (common law) de l’Université Queen’s, à Kingston, en Ontario.

Au début de son parcours professionnel comme juriste, Paul-Matthieu Grondin a travaillé pour la Chambre des communes à Ottawa. En 2009, il a été recruté par l’équipe de la Commission Oliphant, chargée de l’enquête sur les relations commerciales entre l’ancien premier ministre canadien Brian Mulroney et le marchand d’armes Karlheinz Schreiber. En 2010-2011, il a agi comme avocat pour l’ancien juge de la Cour suprême du Canada Michel Bastarache, alors que celui-ci présidait la Commission d’enquête sur le processus de nomination des juges du Québec.

Me Grondin est l’auteur d’articles dans la Revue de l’Institut de droit parlementaire et politique. Il a été conférencier à l’Université de Sherbrooke, à l’Université McGill, à HEC Montréal, à l’Université Jean Moulin III de Lyon, à l’American Bar Association et au Barreau du Québec.

En janvier 2014, il a remporté le premier prix du concours d’art oratoire international de Bruxelles, en Belgique. En 2014-2015, il était président du Jeune Barreau de Montréal. Me Paul-Matthieu Grondin occupe le poste de bâtonnier du Québec depuis juin 2017. À ce titre, il exerce un droit de surveillance général sur les affaires du Barreau du Québec et assume toutes les responsabilités liées à cette fonction. Après un premier mandat de deux ans, Me Grondin a été réélu par acclamation, le 26 mars 2019, pour un second et dernier mandat comme bâtonnier du Québec.

 

L’IA dans le secteur de la justice : promesses, défis et enjeux

L’intelligence artificielle (IA) est appelée à avoir un impact majeur sur toutes les sphères d’activité et sur le fonctionnement même de notre société. Le secteur de la justice ne fait pas exception à la règle. Des projets en justice et IA ont été entrepris au Québec comme ailleurs et le rythme de réalisation de telles initiatives devrait s’intensifier dans les années à venir.
Mais quelle valeur l’IA pourrait-elle créer dans l’univers de la justice ? L’IA remplit-elle les promesses faites par ses promoteurs ? Quels sont les défis qui guettent les organisations qui adoptent l’IA ? Et quelles sont les conditions à réunir pour assurer le succès d’un projet en IA ?

C’est à travers la lunette de trois acteurs clés du domaine : un dirigeant qui a entrepris l’un des principaux chantiers gouvernementaux en IA au Québec ; un chercheur qui a notamment mené une étude sur la place qu’occupe réellement l’IA dans le secteur québécois de la justice ; et un praticien, le bâtonnier du Québec, qui s’interroge sur les impacts que l’IA pourrait avoir sur la profession d’avocat et sur les avocats eux-mêmes, que nous vous présenterons la perspective de l’IA dans la sphère de la justice.